in

A notre cher ami Mohamed Hilmi

A notre cher ami Mohamed Hilmi
Annonces

Hommage

Le 15 février 2021, le comédien, dramaturge et réalisateur Mohamed Hilmi, de son vrai nom Brahimi Mohamed Ameziane, a fêté ses 90 ans. Mohamed Hilmi n’est plus à présenter.

Annonces

Il a marqué la vie culturelle de l’indépendance à nos jours. Son parcours est jalonné de réalisations radiophoniques, théâtrales et télévisuelles. Sa carrière artistique a démarré à 17 ans, lorsqu’il assiste à un sketch Diviser pour régner, dans lequel Hassan El Hassani jouait le rôle de Nâainâa. A 13 ans, il quitte son village natal Azzeffoun pour s’installer à Alger. En 1947, on le sollicita pour un rôle dans la pièce Ould Ellil. Bachetarzi a commencé à lui attribuer des petits rôles. En 1949, il rejoint Rédha Falaki à la radio. Il écrit même une pièce radiophonique pour la chaîne kabyle qu’il interprétera avec Cheikh Noureddine et Abder Isker. En 1950, il renoue avec les planches.

Après l’indépendance, il est l’auteur de nombreux sketches qui utilisent la chansonnette et s’impose comme le maître incontesté des comédies musicales. Il se lance ensuite dans la réalisation de téléfilms, courts et moyens métrages : Chkoune Yassbag, El Ghoumouk, Ec Chitta, Matfahmine, Listihlak et surtout l’après-pétrole (1986). En 1993, il signe ses feuilletons, EI Ouelf Essaib et démocracirque. Parmi les ténors de l’art dramatique qu’il a dirigés à l’écran, Mahieddine Bachtarzi, Yasmina et Ali Abdoun. Pendant la Révolution, il milita au sein du Front de libération nationale et apporta sa contribution à l’indépendance du pays.

Annonces

Il publie ses mémoires dans trois ouvrages :  De la flûte du berger aux planches sacrées, Parcours miraculeux et Le présent du passé, laissant aux nouvelles générations de comédiens, dramaturges, réalisateurs et historiens de la culture son riche parcours qui pourra servir à des études académiques. Dans le volet droits d’auteur, il fut l’un des membres fondateurs de l’Office national des droits d’auteur (ONDA) en vue de permettre à l’Algérie d’étendre sa souveraineté sur ce domaine exercé par des sociétés françaises de droits d’auteur, alors qu’il était sociétaire définitif des Sociétés françaises des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM).

A ce titre, il a représenté brillamment l’ONDA et par voie de conséquence l’Algérie aux travaux de la Commission technique littéraire, dramatique et audiovisuelle (CTLDAV) de la Confédération internationale des Sociétés d’auteurs et compositeurs (CISAC). Nous prions Dieu de lui prêter longue vie et espérons que les médias écrits, sonores et audiovisuels continueront à profiter de son existence pour se rappeler de son bon souvenir et recueillir auprès de lui les secrets de sa réussite pour en faire un exemple aux jeunes générations d’acteurs du monde culturel et par reconnaissance à ce qu’il a donné à notre culture.

Par M. Taousar Hakim
Ancien directeur général de l’ONDA


Post Views:
8


Source link
2021-02-17 09:09:39

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Vaccins contre la Covid-19 : La nouvelle poule aux œufs d’or pour les laboratoires ?

Vaccins contre la Covid-19 : La nouvelle poule aux œufs d’or pour les laboratoires ?

Saïed empêche Mechichi de finaliser le remaniement ministériel : La crise politique en Tunisie s’exacerbe

Saïed empêche Mechichi de finaliser le remaniement ministériel : La crise politique en Tunisie s’exacerbe

Annonces