in

Court-métrage. «Tiddarghelt (Aveuglement) : Ou la face sombre du monde de l’art

Court-métrage. «Tiddarghelt (Aveuglement) : Ou la face sombre du monde de l’art
Annonces

L’association culturelle Assayas de la commune d’Aghbalou relevant de la wilaya de Bouira, a projeté, jeudi dernier, dans une salle privée d’arts martiaux, son premier court-métrage intitulé Tiddarghelt (Aveuglement).

Annonces

S’étalant une vingtaine de minutes, l’œuvre écrite et réalisée par Mazigh Iheddaden, artiste plasticien et membre d’Assayas, raconte le parcours d’un étudiant en sculpture et les problèmes qu’il a rencontrés au cours de son cursus. «Tout d’abord, il s’agit d’une histoire réelle qui démontre à quel point le milieu artistique est gangréné par la corruption, le favoritisme et tant de maux. Pourtant l’art, c’est de la création, de la production, de l’invention. Que ce soit dans un établissement étatique ou ailleurs, l’artiste, le vrai, se retrouve toujours marginalisé par les faux artistes qui détiennent, surtout, le pouvoir administratif. Notre courte expérience dans le monde des arts nous a révélé cette face cachée», dira Amazigh, et d’ajouter que dans de telles conditions, l’artiste est poussé de plus en plus vers le désespoir.

Le tournage réalisé à Takerboust, Beni Ksila et Béjaïa

Annonces

Quant aux scènes du tournage, elles ont été réalisées à Takerboust, le chef-lieu d’Aghbalou, à Beni Ksila dans la wilaya de Béjaïa, ainsi que dans la ville de Béjaïa. Lors de la même occasion, un hommage a été rendu à l’un des pionniers de la chanson kabyle, en l’occurrence Slimane Azem. Une conférence a été animée par l’enseignant universitaire en Tamazight NordineBellal et l’enseignante Tilelli Bellal.

En parallèle, une autre conférence sur l’histoire de l’art, présentée par les mêmes conférenciers. L’association Assayas qui s’est donné comme commission la promotion de tous les arts, a réussi à relever le défi malgré les nombreuses difficultés.

A titre d’exemple, sa pièce théâtrale Tirgayt Umazigh a décroché 11 prix en 2018 lors de différents festivals auxquels elle avait pris part. Une deuxième pièce professionnelle intitulée Chbahayetrun (Beauté larmoyante) de la comédienne et metteuse en scène Nacéra Benyoucef, a décroché aussi 5 prix en 2019. «Nous avons aussi deux autres pièces théâtrales à présenter dès que les conditions le permettent. Les deux œuvres sont le produit exclusif de l’association.

L’une d’elle est destinée aux enfants », dira Adel Taoudiat, vice-président d’Assayas et d’ajouter que l’association souffre à son tour de blocages et de marginalisation. «Depuis sa création en 2017, l’association n’a bénéficié d’aucune aide ni budget que ce soit niveau local ou de wilaya. C’est dans la wilaya de Tizi Ouzou que les portes nous ont été ouvertes pour présenter nos travaux, notamment le théâtre régional Kateb Yacine et la maison de la Culture Mouloud Mammeri», dira notre interlocuteur qui espère un changement positif du secteur de la culture à Bouira.


Post Views:
0


Source link
2021-02-09 08:44:01

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Rencontre de Genève sur le conflit du Sahara Occidental

Les États-Unis vont « s’impliquer » à nouveau dans le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Abdelkader Amrani, nouvel entraîneur : «J’ai choisi le MCA pour le challenge»

Abdelkader Amrani, nouvel entraîneur : «J’ai choisi le MCA pour le challenge»

Annonces