in

Exposition de Lounis Baouche à la galerie Ifru design : Du militantisme aux esprits enfantins

Exposition de Lounis Baouche à la galerie Ifru design : Du militantisme aux esprits enfantins
Annonces

La galerie d’art Ifru Design abrite jusqu’au 24 mars courant, une exposition intitulée «Native Narrative», de l’artiste-peintre Lounis Baouche . Inspirées de son vécu, ses œuvres dénoncent la réalité politique, économique et sociale en Algérie, le tout réalisé à travers des matériaux de récupération.

Annonces

Lounis Baouche est un jeune artiste-peintre de 26 ans, il est diplômé de l’École de Beaux-arts d’Azzaga en 2018, option peinture.

Durant sa formation, il a acquis les connaissances et les techniques académiques nécessaires afin de poursuivre une carrière dans les arts. Cependant, il ne se sentait pas à sa place au milieu de ces styles artistiques conventionnels. Il se voyait plutôt peindre dans un mouvement artistique moins traditionnel axé vers l’imaginaire.

Annonces

Doté d’un esprit libre et spontané, c’est dans l’art brut et naïf qu’il préfère concevoir ses créations. «J’ai fait beaucoup de peinture académique, mais durant mes quatre ans de formation, je me cherchais. Je n’arrivais pas à me trouver dans ce style-là», confie l’artiste. Lorsqu’il peignait des natures mortes, des paysages, des fleurs ou encore lorsqu’il s’adonnait à la reproduction, l’artiste sentait qu’il étouffait. «J’avais l’impression de me mentir à moi-même.

Tout ce folklore n’était pas la réalité. Je voulais raconter mon époque, mais ce qui me tenait le plus à cœur, c’est de dénoncer les problèmes sociétaux», dit-il. En effet, il n’y a qu’à observer ses œuvres pour le voir réellement. Mêlant le style enfantin et un militantisme certain, son travail dénonce la réalité politique, économique et sociale de notre pays.

Des réalités d’ailleurs connues des classes populaires. Chacune de ses œuvres raconte une histoire. Parmi quelques-unes, nous pouvons observer l’or noir algérien, des militaires dans leur tenue, le football, des grillages évoquant l’emprisonnement, le blocage ou encore la frustration, mais aussi la prostitution.

Les jeux vidéo sont également représentés, car ils font partie de ses souvenirs. En ce qui concerne ses inspirations, il les doit à l’environnement dans lequel il a baigné depuis son jeune âge. Ayant grandi dans un monde entouré de bâtiments préfabriqués, de blocs de béton, de parterres fleuris, des cordes à linge pleines, toutes ces images ancrées dans son âme ne demandaient qu’à être partagées avec le grand public à travers une expression artistique décalée.

De plus, il y a une œuvre qui sort tout particulièrement du lot. Il s’agit du tableau nommé métaphoriquement par l’artiste «Carte sur table». Elle met en scène tous les problèmes et hobbies des Algériens dans un seul et même endroit, notamment le suicide, l’immolation, le café, le sport, la femme,…

Récupération

Lounis fait partie de ces artistes qui s’inscrivent dans le courant artistique de l’art contemporain. Ses œuvres donnent souvent l’illusion d’être dans une chambre d’enfant en désordre. «Native Narrative» est donc comme une sorte d’exposition civilisationnelle néo-primitive ayant pour langage artistique la société. Son vocabulaire d’images s’apparente à une série de dessins rupestres qui font écho à l’art contemporain. A la galerie Ifru Design, Lounis a exposé 15 tableaux de tailles différentes, ainsi que plus d’une quarantaine d’objets créatifs.

Il faut savoir que la plupart de ses œuvres sont réalisées à partir d’objets de récupération tels que des bâches en PVC. Pour ce qui est des morceaux de bois et des céramiques, ils sont transformés et façonnés en formes géométriques. Les boîtes en carton de lait ou de jus sont aussi converties en objets de décoration aux couleurs originales. La peinture utilisée est sans aucun doute de l’acrylique. Elle est appréciée par beaucoup de peintres pour sa maniabilité et sa rapidité de séchage.

Outre la peinture, Lounis Baouche a eu l’occasion de s’essayer à la photographie, et a même suivi une formation il y a quelques années.

Par ailleurs, il a à son actif plusieurs participations à des festivals, salons et expositions tels que le Festival culturel national annuel du film amazigh à la maison de la Culture Mouloud Mammeri à Tizi Ouzou en 2015, une exposition individuelle au théâtre régional de Béjaïa sous le thème «Archétype» en mai 2018, ainsi que le Salon national des arts plastiques à la maison de la Culture Abdelkader Alloula à Tlemcen en 2019.

Par ailleurs, il a également participé au concours Société Générale pour l’art contemporain en 2017 et a obtenu le prix «Coup de cœur du jury» pour son œuvre intitulée «L’Angoissée».


Post Views:
47


Source link
2021-03-20 09:15:15

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le monde en bref

Le monde en bref

Abbas Mohamed Islam. Metteur en scène et directeur du Théâtre régional de Souk Ahras : «Il faut faire tourner les pièces au lieu d’une seule ou deux représentations»

Abbas Mohamed Islam. Metteur en scène et directeur du Théâtre régional de Souk Ahras : «Il faut faire tourner les pièces au lieu d’une seule ou deux représentations»

Annonces