in

Exposition de miniatures de l’artiste Hocine Kedjar à la galerie Ifru Design : Sujet et objet de son ouvrage

Exposition de miniatures de l’artiste Hocine Kedjar à la galerie Ifru Design : Sujet et objet de son ouvrage
Annonces

La galerie Ifru Design abrite jusqu’au 24 février une exposition de miniatures surréalistes de l’artiste-peintre, Hocine Kedjar. Intitulée «Résonance chatoyante», l’exposition se décline dans un mélange de couleurs modernisé voyageant entre l’esprit et la quête de soi.

Annonces

Les murs de la galerie Ifru Design sont tapissés depuis le 11 février, d’une dizaine d’œuvres réalisées par l’artiste Hocine Kedjar. Dans une manière unique, il explore l’univers de l’art miniature avec ses créations aux résonances chatoyantes.

S’inspirant de la phase obscure de l’humanité, il canalise ses émotions afin de réaliser des œuvres plus colorées les unes que les autres. En effet, sa peinture figurative, toujours très colorée aborde les thèmes sombres autour de la tristesse dans une vision beaucoup plus large.

Annonces

En tant que miniaturiste et surréaliste, Hocine Kedjar se satisfait en représentant le monde extérieur au-delà de ce que l’œil peut percevoir. «Toutes mes œuvres sont composées d’un nombre infini de couleurs. Ce choix s’explique par la manière dont je souhaite les représenter. Utiliser les couleurs est donc ma manière de traiter les thèmes sombres et tristes afin de les rendre plus joyeux», explique le miniaturiste.

Né à Tizi Ouzou dans le village de Béni Douala, Hocine a toujours été attiré par la peinture et le dessin, cela faisait partie de ses centres d’intérêt. Après avoir obtenu sa licence en sciences agronomiques, sa passion pour l’art n’a cessé de quitter ses pensées.

Pour cela, il rejoint l’Ecole régionale des beaux-arts d’Azazga et obtient son diplôme en 2018. Dans le cadre de son projet de soutenance, il lui a été demandé de réaliser une série d’œuvres d’art dont le thème était la quête de soi.

L’exposition intitulée «Résonance chatoyante» visible à la galerie Ifru Design est donc le résultat de deux longues années de travail. Elle constitue également sa première exposition individuelle. «Je voulais partager cette expérience inoubliable qui m’a apporté les techniques artistiques nécessaires à mon développement personnel. On peut dire que je suis le sujet et l’objet de mon travail», confie l’artiste. Parallèlement, il est également animateur culturel et infographiste à la direction de la culture et des arts de Tizi Ouzou.

Poème

En travaillant la miniature, Hocine a fait des expériences sur lui-même, car ce genre artistique lui a permis d’établir une relation entre l’art et la découverte de soi. «A travers cet art, je me découvre intérieurement», ajoute-t-il.

Dans ses œuvres, nous pouvons observer l’influence de l’art nouveau et de l’art graphique. Il faut savoir que lorsque l’on parle de miniature, l’artiste doit suivre une certaine rigueur et assiduité dans son travail. Pour sa part, Hocine explique qu’il adopte une méthodologie assez particulière afin de créer ses tableaux.

Un pinceau à la main, de la peinture aquarelle ou acrylique de l’autre et inspiré du quotidien, il met en pratique tout le savoir-faire acquis durant sa formation. De plus, chacune de ses œuvres est soigneusement accompagnée d’un texte écrit par l’artiste lui-même. En effet, ces textes lui permettent de décrire la méthodologie, mais aussi le concept visuel de l’idée avant même d’y entamer la peinture.

Cette méthode regroupe une étude documentaire désignée comme étant un croquis ou un dessin détaillé au crayon. D’ailleurs, pour l’un de ses tableaux intitulé «Face à la vie», sa conception est basée sur un poème imaginé par l’artiste. Ce qu’il faut retenir, c’est que ce poème lui a servi de passerelle pour arriver à l’illustration de sa peinture.

Et pour y parvenir, il s’est muni de concepts tels que ceux en rapport avec la psychologie, la littérature et la philosophie. Actuellement, il travaille sur une nouvelle œuvre, il s’agit d’un portrait en hommage à une de ses amies décédée, il y a de cela maintenant deux ans.

Il réalise plus exactement un travail de mémoire afin qu’elle puisse rester dans les cœurs. En même temps, il travaille également sur d’autres sujets, mais en essayant toujours d’être dans le même thème celui de la recherche de soi. L’artiste nous confie aussi que c’est un sujet qui nous suit toute notre vie comme une quête infinie. Par ailleurs, Hocine Kedjar a participé à de nombreux événements et activités artistiques et culturelles au cours de ces dernières années.

Parmi l’un d’entre eux, plusieurs éditions du Salon Djurdjura des arts plastiques, à la maison de la culture Mouloud Mammeri, à Tizi Ouzou. La 1re édition du salon des arts graphiques à la maison de la culture Mouloud Mammeri, à Tizi Ouzou. La 10e édition du Salon national des arts plastiques à la maison de la culture de Mascara.

Ainsi que pour la célébration du 3e anniversaire de l’officialisation de la langue amazighe à la BPLP et la maison de la culture Mouloud Mammeri. Il a également contribué à des mouvements associatifs, éducatifs, culturels et sportifs de sa commune, tels que la réalisation de fresques décoratives à thème. 


Post Views:
11


Source link
2021-02-13 09:02:51

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Hommage au cinéaste Abderrahmane Bouguermouh

Hommage au cinéaste Abderrahmane Bouguermouh

Saïd Boutadjine au forum de la direction de la culture de Jijel : «On ne doit pas croire que l’écrivain est un dieu»

Saïd Boutadjine au forum de la direction de la culture de Jijel : «On ne doit pas croire que l’écrivain est un dieu»

Annonces