in

FAF : Statuts ou pâte à modeler ?

FAF : Statuts ou pâte à modeler ?
Annonces

L’information faisant état de l’introduction d’un nouvel article dans les statuts de la Fédération algérienne de football (FAF) à la veille de l’assemblée générale ordinaire et ensuite de l’assemblée générale élective de la fin du cycle olympique (2017-2021) se précise de jour en jour, à en croire des membres de l’assemblée générale et des cercles proches du bureau fédéral.

Annonces

L’introduction de l’article en question a un seul objectif, barrer la route de l’élection au poste de président de la FAF à une personne, à un candidat qu’il faut coûte que coûte écarter de la course. Les mauvais génies ont trouvé la parade pour arriver à leurs fins.

Ils auraient soufflé la proposition suivante aux décideurs de la fédération. Inscrire au chapitre divers de l’ordre du jour de l’assemblée générale ordinaire le point suivant : «Tout candidat à l’élection au poste de président de la Fédération doit remplir la condition suivante : avoir accompli trois années de présence continue comme membre de la SPA».

Annonces

Cette gymnastique de bas étage n’a qu’un seul but : barrer la route à Walid Sadi qui vient de réintégrer la SPA Black White ES Sétif. Les concepteurs de cette manœuvre ont oublié quelques importants détails, à savoir qu’en vertu des statuts de la FAF, seule une assemblée générale extraordinaire peut se prononcer sur les questions liées aux statuts.

L’assemblée générale ordinaire ne peut en aucune manière se prononcer sur une quelconque modification des statuts. Seule une AGEx en vertu de l’article 29.6 des statuts de la Fédération jouit du pouvoir de traiter de ce type de question. La FAF est allée à l’encontre de ce principe consacré par l’article 29.6 des statuts en incluant un alinéa (l) dans la nouvelle mouture des statuts de la FAF confectionnée avec l’aide de la FIFA et qui concerne un article qui traite de l’ordre du jour de l’assemblée générale ordinaire.

Cette modification va à l’encontre de la législation nationale que la convention standard de la FIFA place avant ses textes et règlements. Décidément, les mauvais élèves dans les matières juridiques, réglementaires et statutaires n’ont pas fini d’enfiler les bourdes et erreurs qui ternissent chaque jour un peu plus l’image déjà écornée du football algérien.

La seconde proposition, qui aurait été préparée pour présentation et approbation par l’assemblée générale, concerne un article qui existait dans les anciens statuts et formulé ainsi : «Le candidat à l’élection au poste de président doit produire une déclaration d’existence sur le territoire national», reformulée de la manière suivante dans la mouture des nouveaux statuts : «Une déclaration du candidat certifiant qu’il est situé et enregistré sur le territoire national».

C’est une forme de discrimination à l’endroit d’un compatriote qui s’inscrit en droite ligne d’un article de la Loi fondamentale qui interdisait aux citoyens algériens résidant à l’étranger de prétendre et/ou postuler à un poste de responsabilité dans son pays. La FAF ferait mieux de supprimer cet article discriminatoire qui barrerait la route, par exemple, à Djamel Belmadi, si demain il décide de prendre la tête d’un club ou des parts d’actions dans une SPA, voire même la présidence de la FAF.

L’article FAF : Statuts ou pâte à modeler ? est apparu en premier sur El Watan.

Source link
2021-01-31 09:03:24

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Évocation : Vingt ans sans Mouny Berrah

Évocation : Vingt ans sans Mouny Berrah

Salem Mahouche. Président de l’Association Ithrène de Bordj Bou Arréridj

Salem Mahouche. Président de l’Association Ithrène de Bordj Bou Arréridj : Un poète, fervent défenseur du patrimoine amazigh

Annonces