in

iMetal veut la tête du DG de Sider El hadjar : Le syndicat s’insurge

iMetal veut la tête du DG de Sider El hadjar : Le syndicat s'insurge
Annonces

Le syndicat de Sider El Hadjar s’élève face à toutes les tentatives de fragilisation qui visent notre complexe, dont sa stabilité est une ligne rouge.»

Annonces

Ce message du syndicat de l’entreprise de Sider El Hadjar est adressé au groupe Imetal, sans le citer nommément. Il a fait l’objet d’un communiqué officiel au terme d’une assemblée extraordinaire, en réaction à des informations faisant état d’un éventuel limogeage de l’actuel directeur général, Réda Belhadj, lors du conseil d’administration prévu mercredi prochain. «Au lieu de limoger le directeur général de Sider El Hadjar, un jeune haut cadre qui, par tous les moyens, tente de sauver le complexe, dont le sort serait scellé, pourquoi ne pas commencer par le groupe Sider qui présente des situations de conflit d’intérêts.

Dirigé par un retraité, ce groupe, dont l’existence est inutile, n’apporte aucune valeur ajoutée à la situation difficile que traverse le complexe. Pis, il est totalement dominé par le groupe Imetal, même dans ses transactions, notamment celles des contrats des assurances», s’insurgent des cadres sidérurgistes. Cette guerre d’intérêts, selon les observateurs, intervient au moment où Sider El Hadjar traverse une période extrêmement difficile sur tous les plans.
mévente

Annonces

La mévente de ses produits concurrencés par ceux de l’importation du fait du retard de l’instauration du DAPS et l’absence du cash flow ont poussé Sider El Hadjar à fuir cette situation en cédant ses produits semi-finis presque à perte pour assurer le salaire de ses 6200 employés et une cargaison de coke, le combustible qui nourrit la flamme du haut-fourneau. «C’était la seule solution pour éviter la faillite du complexe qui, jour après jour, nous menace. Au lieu de ranger les intérêts des uns et des autres pour protéger Sider El Hadjar, on brandi à chaque fois l’épée du limogeage contre ceux qui sont réfractaires à l’ordre établi», regrettent d’autres cadres.

Il y a un mois, Réda Belhadj a déclaré à El Watan : «Le complexe n’a plus les moyens financiers pour approvisionner sa principale installation, le haut-fourneau n°2, en coke dans le but d’assurer la production de la matière première, la fonte liquide, sachant qu’une cargaison de 50 000 tonnes de coke couvrant à peine 40 jours d’autonomie vaut deux milliards de dinars.»

Ce qu’a confirmé, en sa présence, Mme Labiod, la présidente du Conseil d’administration (CA) de Sider El Hadjar, en précisant : «A ces deux milliards de dinars, il faut ajouter une caution de 10% lors de l’ouverture d’une lettre de crédit à l’effet de permettre la couverture financière des surplus de la marchandise. Il faut aussi garantir, parallèlement, une masse salariale de quelque 660 millions de dinars par mois, soit huit milliards de dinars/an.»

Ainsi, le président Abdelmadjid Tebboune est interpellé par les 6200 sidérurgistes pour libérer le financement de la deuxième phase, salutaire pour la survie du complexe.


Post Views:
64


Source link
2021-02-22 09:22:25

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Amenhyd : Une contribution à la garantie de la sécurité alimentaire en Algérie

Amenhyd : Une contribution à la garantie de la sécurité alimentaire en Algérie

Crise sanitaire et économique : Les dix commandements de la gouvernance post-Covid-19

Crise sanitaire et économique : Les dix commandements de la gouvernance post-Covid-19

Annonces