in

L’archéologie algérienne ressuscitée ? | El Watan

L’archéologie algérienne ressuscitée ? | El Watan
Annonces

Avec la découverte en 2018 par l’équipe pluridisciplinaire du Pr Mohamed Sahnouni du deuxième plus ancien site archéologique du monde à Aïn Boucherit, 30 km à l’est de Sétif, révélation qui a révolutionné les idées sur les origines de l’homme, voilà que l’archéologie algérienne revient au-devant de la scène avec une nouvelle carte archéologique de l’Algérie ?

Annonces

Ce nouvel outil en élaboration depuis plusieurs mois a été exposé mardi 19 janvier à la Bibliothèque nationale du Hamma. La nouvelle carte rassemble plus de 15 500 points sur la carte qui indique aussi bien la présence d’un seul objet ou un site préhistorique et historique. Un projet initié par Abderahmane Khelifa, archéologue, historien, écrivain, ancien directeur et conseiller au ministère de la Culture qui en a parlé dès sa prise de fonction à la ministre de la Culture, Malika Bendouda, en fonction depuis le 2 janvier 2020.

«C’est un vieux projet qui me taraudait, nous dit A. Khelifa. L’unique référence à l’archéologie algérienne restait l’Atlas de Stephane Gsell édité en 1911 après 10 ans de travail avec le concours de topographes de l’armée française. L’Atlas a donc 110 ans».

Annonces

La ministre de la Culture a adhéré immédiatement à l’idée de remédier à cette  lacune historique et a mis en place une commission coordonnée par A. Khelifa qui a tenu sa première réunion en mai 2020. «Ce n’est pas seulement un outil scientifique», répond A. Khelifa, si le projet de carte n’était pas politique.

«Il est éminemment politique car l’Atlas de S. Gsell s’inscrivait dans l’idéologie que la France conquérante était la continuité de la Rome chrétienne et en outre que l’Algérie n’est pas un bien vacant car son histoire remonte maintenant à l’aube de l’humanité. La carte, avec ses innombrables points actuels qui vont décupler, fait apparaître la richesse d’un patrimoine sans distinction, du Nord et du Sud, est un objet de fierté nationale qui consolide l’identité.»         


Post Views:
1 381


Source link
2021-01-28 09:24:58

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Farid Kherbouche. Directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historique (CNRPAH)

Farid Kherbouche. Directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historique (CNRPAH) : «La carte consolide la profondeur historique de l’Algérie»

Hichem Mechichi et Kaïs Saïed

Adoption du remaniement ministériel par l’Assemblée en Tunisie : Les calculs politiques passent avant les soupçons de conflits d’intérêts

Annonces