in

Le manga algérien en débat au Japon : «Notre but est de créer des bandes dessinées mangas avec les codes japonais»

Le manga algérien en débat au Japon : «Notre but est de créer des bandes dessinées mangas avec les codes japonais»
Annonces

Le manga algérien a été au centre d’une rencontre virtuelle, organisée, dernièrement, par l’université de Tsukub au Japon.

Annonces

Pour parler de mangas algérien, l’invitation a été lancée à un spécialiste et un mordu des mangas. Il s’agit du journaliste reporter, éditeur et auteur algérien Salim Brahimi, alias Sayan. Pour rappel, Salim Brahimi est le fondateur et l’éditeur, depuis janvier 2008, de la revue spécialisée Laabstore.

Il a écrit et scénarisé Samy Kun , dessiné par Maghniche Abdelghani, qui est sorti dans Laabstore, puis en album en 2008, ainsi que la suite (Samy Kun 2) et de Nahla et les Touareg (Z-Link, 2010).

Annonces

Cette conférence modérée par le professeur Aoyagi Etsuk, responsable du département culture et langues à l’université de Tsukuba au Japon a permis à des étudiants japonais spécialisés dans l’art et la littérature de poser plusieurs questions intéressantes, notamment sur l’œuvre majeur Samy Kun, de Salim Brahimi.

La rencontre a été étrennée par la présentation de l’Algérie et de sa composante culturelle plurielle. Salim Brahimi a rappelé fièrement que l’Algérie est un pays qui se distingue par une culture diverse avec plusieurs régions, avec ses particularités. Preuve en est avec la publication il y a sept ans de son DZ- manga Samy Kun qui raconte la culture targuie. «Quand j’ai lancé, dit-il, le projet de Samy Kun, je me suis inspiré des codes des mangas japonais et de la culture algérienne. Il y a un anthropologue japonais qui a fait le parallèle entre la culture targuie et la culture japonaise ancestrale. Il a trouvé beaucoup des points communs entre ces deux cultures. Ces rencontres entre ces deux pays, faites de rêves et d’imagination, je les ai introduites dans mon manga Samy Kunt.»

En effet, Salim Brahimi a relevé plusieurs points communs entre la culture algérienne et japonaise. Si les Touareg du Sahara algérien ont inventé une véritable cérémonie autour du thé vert, les thés japonais, pour leur part, incarnent toute la quintessence de la civilisation du Soleil Levant. Notre orateur cite un autre exemple de taille. A Tamanrasset, la société targuie se plait à jouer de l’instrument musical monocorde de l’imzad qui se rapproche du shamisen. Ce dernier est un instrument de musique traditionnel à cordes pincées utilisé en musique japonaise.

C’est plus précisément un luth à long manche à la touche lisse. A la question de savoir pourquoi l’auteur du manga Samy Kun a choisi de faire évoluer son personnage entre cette dichotomie entre la lumière et de l’ombre, le journaliste-reporter explique que quand il s’est lancé dans l’écriture de son manga, il ne voulait pas rentrer dans un esprit michaelien, c’est-à-dire un personnage noir ou blanc et faire un face à face. «C’était plus compliqué. Samy Kun est un personnage avec des origines très complexes. Par rapport à l’ombre, j’avais représenté une Algérie parallèle qui s’appelle l’Haggar, représentée par la société targuie. Celui-ci est un peuple de la lumière qui est menacé par le peuple de l’ombre. Ce n’est pas la lumière ou l’ombre. C’est entre les deux.

La vie n’est pas faite seulement de noir ou de blanc, mais il y a aussi des nuances entre les deux. Il faut lire entre ces nuances-là, on n’est pas forcément mauvais ou bon, mais on peut évoluer entre les deux. La lumière représente la raison. L’ombre représente le mauvais côté des gens. Il faut avouer que les vrais gens dans le monde sont complexes», argumente-t-il. Beaucoup de passionnés auront remarqué que les mangas algériens ont adopté depuis quelques années le style de manga japonais.

Le DZ-manga reste un vecteur de promotion de la culture algérienne. Sayan rappelle que l’Algérie a eu la chance, avant et à la post-indépendance, de faire de la bande dessinée en s’inspirant de tout ce que qui venait d’Europe. Mais il y a eu une génération d’Algériens qui a commencé à découvrir les séries télévisées d’animation Captain Tsubasa ou encore Gandaizer. «A l’époque, nous regardions tous ces séries. Nous étions en admiration par rapport à cette nouvelle approche de raconter des histoires à la manière japonaise.

Le manga japonais raconte la culture japonaise d’une manière universelle. Nous, en Algérie, bien qu’on s’inspire de cela, notre but n’était pas de copier mais de ramener une valeur ajoutée à nos œuvres en proposant des histoires et de l’humour algériens à volonté. Notre but, aussi, est de créer des bandes dessinées algériennes, des mangas avec des dessins qui respectent les codes de la narration japonaise tels que les bulles éclatées et les onomatopées qui sortent en arabe ou en berbères.

Il faut dire, aussi, que sur le plan économique, le manga japonais n’est pas cher, contrairement à la bande dessinée européenne. Cela arrange les gens à pouvoir lire et découvrir ce genre de format pour raconter les histoires algériennes.» Quel est l’apport du manga algérien aux lecteurs algériens ? Pour Sayan, le manga apportera beaucoup de choses à la société algérienne en proposant des histoires réelles ou imaginaires. Plusieurs jeunes filles se sont lancées dans l’écriture du manga à l’algérienne, en racontant leur quotidien et en faisant souvent appel à l’humour.


Post Views:
137


Source link
2021-03-06 09:10:47

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Éclairages historiques sur le parler de Jijel

Éclairages historiques sur le parler de Jijel

Un manifeste contre Infantino et les ingérences de la FIFA

Un manifeste contre Infantino et les ingérences de la FIFA

Annonces