in

Mohamed Saadi. Réalisateur et producteur («X-Motion Studio») : «J’ai apprécié l’expérience de DZ’Ombie, je ne compte pas m’arrêter là»

Mohamed Saadi. Réalisateur et producteur («X-Motion Studio») : «J’ai apprécié l’expérience de DZ’Ombie, je ne compte pas m’arrêter là»
Annonces

Mestiich, de son vrai nom Mohamed Saadi, est un réalisateur autodidacte passionné de photographie et de cinéma. Il y a quelques mois, il a cofondé, avec son ami Bilel Laïb, une entreprise de production le Xmotionstudio. Dans cet entretien, il nous livre quelques détails sur sa dernière réalisation DZ’Ombie qui rencontre actuellement un franc succès sur les réseaux sociaux.

Annonces

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Mohamed Saadi, mais tout le monde me connaît sous le nom de Mestiich. Je suis un réalisateur autodidacte. Passionné de photographie depuis mes 17 ans, c’est d’ailleurs à travers les photos que j’ai commencé à faire des petites vidéos pour des entreprises.

Annonces

Petit à petit, l’amour pour le 7e art grandissait chaque jour de plus en plus. J’ai tout d’abord commencé à travailler dans une agence de communication nommée ALL IN, puis il y a trois ans, j’ai tout quitté pour créer ma propre entreprise de production Xmotionstudio avec mon ami et associé Bilel Laïd.

Nous sommes en activité depuis six mois officiellement. Nous avons réalisé entre autres une campagne publicitaire pour la marque Canbebe, un film pour Iris une l’entreprise d’électronique et électroménager et quelques vidéos avec Pepsi avec certains influencers, notamment Rifka. De plus, nous avons également réalisé la vidéo sur la violence contre les femmes avec de nombreuses artistes algériennes, à l’instar de Adila Bendimerad, Bahia Rachedi…

– Racontez-nous comment DZ’Ombie est né, de l’idée à la réalisation ?

Tout d’abord, l’idée et le scénario de DZ’Ombie viennent des deux acteurs, Mourad Oudia et Arkam Slama. En fait, ils ont présenté leur idée à l’agence de communication ALL IN. Par la suite, ALL IN nous a contactés pour produire le film. Il faut savoir que DZ’Ombie est co-réalisé par Mourad Oudia, Arkam Slama et moi-même.

Ils m’ont demandé s’ils pouvaient participer à la réalisation et j’étais tout de suite d’accord. C’était une première pour eux, je les ai laissés ajouter leur touche personnelle, car nous sommes tous passionnés. Et je fais partie de ceux qui font tout pour aider les autres dans la réalisation de leur rêve.

– Avez-vous rencontré des problèmes techniques lors du tournage de DZ’ombie ?

Bien sûr, comme dans chaque tournage. C’était tout à fait logique, mais chacun y a mis du sien pour faire sortir ce film. Il est important de préciser que le tournage s’est fait en 15 jours. Le temps de tournage était très court, je n’ai pas laissé suffisamment de temps aux techniciens afin qu’ils préparent leur plan de travail, et autres éléments du film.

En tant que réalisateur, j’avais peur de ne pas être à la hauteur. La peur aussi de ne pas finir à temps le projet, mais aussi le fait de gérer le budget comme il faut, car je n’ai pas travaillé dans des conditions normales. J’étais à la fois producteur et réalisateur. Nous étions sous pression. Grâce à tout le monde, nous avons assuré comme il faut pour finir le projet

– 24 heures après la publication de la vidéo, vous avez frôlé les deux millions de vues sur YouTube, qu’avez-vous ressenti ?

Oui, c’est incroyable, je ne m’y attendais pas. Lorsque je vois tous les retours positifs, ça me donne envie de travailler encore plus. Malgré l’absence d’école de cinéma en Algérie et avec le peu d’expérience que nous avons, tout est possible. Durant ce tournage, j’ai appris une leçon, c’est qu’il ne faut pas avoir peur pour faire quelque chose, car avec le temps nous acquérons de l’expérience, et nous nous améliorons pour faire encore mieux. Nous devons toujours tenter notre chance, il faut toujours essayer.

– Est-ce que le public doit s’attendre bientôt à une suite ?

Je ne peux pas vous répondre. Je préfère laisser les scénaristes y répondre. Je tiens juste à dire que Mourad et Arkam ont décidé de laisser une fin ouverte.

– Quels sont vos prochains projets ?

J’aime beaucoup les webseries, j’essaye d’en produire davantage afin de pouvoir donner une nouvelle image de l’Algérie. J’ai apprécié l’expérience DZ’Ombie, je ne compte pas m’arrêter là. Comme nous sommes pauvres dans le domaine des films d’action et de science-fiction qui est pourtant un univers fantastique, je pense que nous allons tenter notre chance encore dans ce genre de film. 


Post Views:
4


Source link
2021-02-06 09:00:37

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Leo Fabrizio. Artiste contemporain et conférencier italo-suisse

Leo Fabrizio. Artiste contemporain et conférencier italo-suisse : «L’œuvre de Fernand Pouillon mérite d’être étudiée profondément»

DZ’Ombie, court-métrage de Mourad Oudia et Arkam Slama

DZ’Ombie, court-métrage de Mourad Oudia et Arkam Slama : Trois millions de vues en seulement trois jours

Annonces