in

Règlement de la crise libyenne : Un grand pas vers la réconciliation nationale malgré les tiraillements

Règlement de la crise libyenne : Un grand pas vers la réconciliation nationale malgré les tiraillements
Annonces

On le disait déjà il y a quelques jours : quelque chose a changé chez les Libyens. Cela s’est confirmé avant-hier avec l’arrivée à Syrte de 132 députés, sur les 182 élus en juin 2014, soit un peu plus des deux-tiers.

Annonces

Le Parlement libyen veut reprendre son droit de décision concernant le sort de son pays et ne pas offrir une autre opportunité à des personnes désignées par la délégation de l’ONU, pour décider à la place des élus. Il y a eu des tiraillements comme dans tous les Parlements du monde. Mais, les intervenants cherchent des solutions.

Les propos du président du Parlement, Salah Aguila, lors de l’ouverture des travaux, avant-hier après-midi, donnent déjà un ton de réconciliation à la séance. «C’est une opportunité à saisir pour reprendre, en main, le sort de notre pays», a-t-il déclaré, traduisant une réconciliation déjà consommée. Aguila a proposé d’inclure la charte du dialogue de Genève dans la Constitution provisoire, pour éviter des problèmes constitutionnels en rapport avec la tenue des élections et l’adoption de la Loi fondamentale.

Annonces

Le cours de la séance était fluide ; tout le monde ne s’arrête pas sur les détails qui tuent. Plus encore, Aguila Salah a demandé aux députés de ne plus intervenir auprès du chef du gouvernement nominé, Abdelhamid Dbeyba, pour placer des proches à des postes de responsabilité. La requête de Salah Aguila pour la liberté de choix de Abdelhamid Dbeyba a été vivement appréciée par les observateurs, députés compris.

«Si on veut un véritable gouvernement de compétences, il faut que le choix se fasse sur des bases scientifiques, en respectant juste l’équilibre régional», assure le politologue Ezzeddine Aguil, ébloui de voir les frontières disparaître entre l’Est, l’Ouest et le Sud.

«A les voir discuter ainsi, comme tout Parlement dans le monde, on oublie que les troupes russes Wagner se trouvent dans la base Al Gardhabya, où ont atterri tous les avions ramenant les députés, ou que les Turcs occupent la base d’El Witya», précise le juge libyen Jamel Bennour, rappelant à tous que les problèmes sécuritaires restent encore en suspens et qu’il est nécessaire d’appliquer les engagements d’insérer tous les groupes armés dans les troupes régulières et de rapatrier les étrangers chez eux, à commencer par les Turcs et les Russes, sans oublier les mercenaires soudanais et syriens.

Tiraillements

Les pressions tribales ont élargi le gouvernement Dbeyba, passant de 27 membres à 35 et faisant dire à certains députés que «pareille équipe n’est pas intérimaire, puisqu’elle couvre tous les départements».

Pourtant, le cabinet était initialement prévu pour être réduit et comprendre entre 15 et 20 ministres. Mais, le besoin de satisfaire les uns et les autres a fait progressivement monter le nombre et poussé Salah Aguila à demander de laisser tranquille le chef du gouvernement, afin qu’il assure la mission pour laquelle il a été choisi. Dbeyba serait, semble-t-il, obligé de prendre en charge, lui-même, le ministère de la Défense, en l’absence de tout compromis autour d’un nom. Le ministre des Affaires étrangères sera désigné en accord avec le Conseil présidentiel.

Le chef du gouvernement nominé a assuré les députés qu’il «n’y aura plus de guerre, même si je devais me sacrifier pour cela». Il a promis d’aller à Benghazi, dès l’accréditation de son gouvernement et de «faire le nécessaire pour rapatrier les mercenaires, cette épée au dos des Libyens». Dbeyba a également souligné que la présence féminine s’élève à 15% dans son gouvernement, que les ministres vont présenter des déclarations sur leur patrimoine immobilier et qu’il a écarté toutes les personnalités ayant déjà été dans des gouvernements depuis 2011.

Il semble que le gouvernement Dbeyba va avoir l’aval du Parlement, selon les tournures actuelles des événements en Libye. Son principal rôle, c’est de préparer les élections, prévues le 24 décembre, et améliorer le vécu du Libyen lambda. La réconciliation politique, c’est le boulot du Conseil présidentiel.

 

Tunis 

De notre correspondant   Mourad Sellami


Post Views:
58


Source link
2021-03-10 09:20:00

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Coupe de la CAF (Groupe B 1re J) JS Kabylie - Coton Sport (20h) : Pour un grand départ

Coupe de la CAF (Groupe B 1re J) JS Kabylie – Coton Sport (20h) : Pour un grand départ

Le patron de la CAPC a énuméré 62 mesures : Des propositions pour une relance économique

Le patron de la CAPC a énuméré 62 mesures : Des propositions pour une relance économique

Annonces