in

Retard dans la réalisation de la centrale électrique de Sonacter à Mostaganem : La colère de Abdelmadjid Attar

centrale électrique de Sonacter à Mostaganem
Annonces

Le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a considéré, avant-hier à Mostaganem, que le retard dans la réalisation du projet de la centrale électrique dans la région de Sonacter est «anormal et inacceptable».

Annonces

M. Attar a souligné, dans une déclaration à la presse en marge de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya, que cette station, dont les travaux de réalisation ont débuté en 2014 pour un coût global de 13,6 milliards de dinars (588 millions de dollars), devait entrer en service en 2020 et commencer la production d’électricité d’une capacité de 1450 mégawatts. «Nous sommes aujourd’hui en 2021. Nous avons terminé avec le problème des difficultés du terrain sur lequel est érigée la station près de la mer et nous n’avons pas entamé l’opération de montage», a-t-il déclaré, déplorant le retard qui a duré des années. «Le projet a démarré et ne s’arrêtera pas. Nous commencerons le montage des turbines au mois de mars prochain, selon les responsables du projet, et la centrale, qui alimentera en électricité Mostaganem et les wilayas limitrophes, entrera en service en 2023 ou 2024», a annoncé le ministre.

Abdelmadjid Attar a expliqué que «le retard aura des retombées sur le temps et le coût», ajoutant que «c’est une leçon pour l’avenir et nous devons changer notre stratégie, notamment en ce qui concerne la réalisation de telles grandes centrales d’électricité qui consomment du gaz naturel et se tourner vers les énergies renouvelables».

Annonces

Le taux d’avancement de ce projet a atteint 72%, selon les explications fournies par les responsables du projet, et les équipements ont été réceptionnés à hauteur de 99% en attendant la fin des travaux de génie civil (38%), qui seront suivis par les opérations de montage des turbines à gaz et à gaz-vapeur, auxquelles participe une société publique nationale pour la première fois.

Par ailleurs, le ministre a affirmé que l’Etat veille au renforcement des opérations de raccordement en différentes sources d’énergie des zones enclavées, faisant savoir que ces zones bénéficieront de l’énergie électrique et du gaz naturel ou d’approvisionnement en gaz butane et propane (bouteilles) ou d’énergie solaire selon la situation et les caractéristiques de chaque zone, ce qui contribuera à l’amélioration du cadre de vie de la population et aura un impact positif sur leur quotidien.

Abdelmadjid Attar a procédé, durant sa visite, à la mise en service d’un réseau de gaz et de deux réseaux électriques au profit de 70 familles dans les zones d’ombre des villages de Rouaouna (commune de Benabdelmalek Ramdane) et Chelailia (commune de Aïn Tédelès), d’un coût global de près de 5,5 millions de dinars.

Le village de Sidi Fellag, commune de Sayada, a pour sa part bénéficié d’un projet de raccordement au réseau de gaz naturel (600 foyers) financé par la Caisse de solidarité et de garantie des collectivités locales (49 millions de dinars).                   


Post Views:
0


Source link
2021-01-30 09:38:37

What do you think?

Written by Ahmed Sobhy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le président tunisien Kaïs Saïed

Tentative d’empoisonnement du Président tunisien Kaïs Saïed : Ce qui s’est réellement produit

Les surcoûts des projets ont atteint plus de 40 milliards de dollars en dix ans : Comment l’argent du contribuable a été gaspillé

Les surcoûts des projets ont atteint plus de 40 milliards de dollars en dix ans : Comment l’argent du contribuable a été gaspillé

Annonces